Pour finir ma semaine d’observation chez Gamma je suis allée ce matin à l’avant-première de Bee Movie/Drôle d’abeille.

9h au Gaumont Opéra, je rejoins les photographes parqués dans quatre mètres carrés, beaucoup plus serrés que dans la cour de l’Elysée! Ils se connaissent tous et se tapent dans le dos en essayant de se trouver une bonne place.

Pendant l’heure qui suit en gros il ne se passe rien et il fait froid. Donc ça papote: deux photographes s’échangent des trucs et astuces sur Photoshop, un autre raconte « Je me souviens de Déquerre, à ses débuts il me suivait partout. Un jour je m’arrête et je lui dis mais qu’est-ce que tu fais? Ben je te suis, il me dit, à l’agence ils m’ont dit de te suivre parce que tu connais tout dans Paris. Et aujourd’hui il est directeur de Getty et moi je suis toujours là! »

De 10h à 10h30 suite de people sans intérêt: Ophélie Winter, pas réveillée (un photographe une fois qu’elle est partie « Elle est pas restée assez! Elle est restée un certain moment mais c’est pas assez à son âge! »), Cartouche et sa fille trop mignonne, Elsa et ses deux enfants (Grand moment de flottement « c’est qui elsa? c’est qui cette fille », apparemment c’est une présentatrice sur une chaîne du cable), Michel Boujenah (« Aaaah, micheeeel »)

C’est assez violent les photographes hurlent sur les people pour qu’ils les regardent, quand ils n’y arrivent pas ils se plaignent « J’ai pas eu de regard ça sert à rien! »

10h30 ça y est! Les stars arrivent! L’attachée de presse de Renee Zellweger s’enquiert « All the stores are closed today yes? Aaww too bad » et celle-ci arrive, dans une robe grise avec un décolleté dans le dos impressionant, des talons de 15 centimètres et sa nouvelle coupe de cheveux super bizarre (elle est mieux en vrai qu’en photo d’ailleurs)

renee-zellweger.jpg

Suivent Jerry Seinfeld et Gad Elmaleh et là C EST LA FOLIE: les photographes hurlent, et des gens essayent de rentrer dans leur périmètre par la porte derrière moi: des fans et surtout des photographes (non accrédités? paparazzi?), je finis par faire rempart de mon corps endoudouné en lâchant un « heu… c’est pas possible en fait ». Heureusement un gars de la sécurité vient en renfort et chope un photographe qui avait réussi à se glisser à l’intérieur en grognant « Dehors. Et si je te revois ici toi…. »

Les stars finissent par rentrer dans la salle, ne reste plus que nous et l’abeille géante qui fait la conne depuis le début, et qui maintenant tape des pauses sur le tapis rouge. Le mot de la fin? A un photographe, bien sûr: « J’ai pas de regard là l’abeille »

Publicités