Pour toi, Baptiste,

Ne lis pas mon article sur West Side Story avant d’être allé le voir!

west-side-story.jpg

20h, la foule se presse pour voir West Side Story au théâtre du Châtelet. 50 ans après la création de la comédie musicale pour Broadway, WSS a toujours autant de fans. Y compris dans la jeune génération, bercée comme moi par les claquements de doigts de la scène d’ouverture, où les Jets et les Sharks s’affrontent à coup de chorégraphies démentes dans les rues de New York.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, West Side Story c’est l’histoire de Roméo (Tony) et Juliette (Maria) transposée dans un quartier pauvre de New York vers la fin des années 50, sur fond de guerre des gangs entre anciens immigrés (polonais) et nouveaux immigrés (portoricains).
West Side Story c’est aussi «la» comédie musicale moderne, qui mélange théâtre, ballet et opéra pour un spectacle toujours d’actualité.

Première bonne surprise : c’est la comédie musicale originale qui est présentée. On a donc droit à la musique de Leonard Bernstein, aux paroles de Stephen Sondheim et au livret d’Arthur Laurents. Et surtout, dialogues comme chansons sont en anglais, sous-titrés au-dessus de la scène comme lors d’un opéra.
Après la déception d’avoir vu Cabaret tout en VF, chansons comprises – même si le talent de Claire Pérot/Sally Bowles rattrapait le coup – quel plaisir de pouvoir apprécier un spectacle dont les paroles n’ont pas été traduites !

Pour connaître la deuxième bonne surprise c’est toujours

Par contre, tu peux lire sans problème ma grande thèse sur George Clooney, étant donné que tu ne risques pas de le voir de si tôt (sauf s’il passe faire une avant première au Gaumont Opéra?)

clooney.jpg

Non, bien sûr, George Clooney n’est pas prêt d’arrêter de tourner. Avec quatre projets de films en cours, en tant qu’acteur, réalisateur, scénariste ou producteur, on n’a pas fini d’entendre parler de lui. Ses rôles d’homme engagé – comme dans le tout récent «Michael Clayton» où il campe un avocat qui se retourne contre de grandes multinationales pourries, ou de gentleman cambrioleur dans «Ocean’s 11», puis le 12 et le 13 – ont forgé sa réputation.

Mais dans sa vraie vie, il semble beaucoup moins glamour. Le George Clooney à l’esprit vif, séducteur, charmeur, ne serait-il qu’un mythe ?

Il y a deux semaines, George s’est retrouvé dans une bagarre ridicule avec un bellâtre : Fabio, une petite célébrité, top model connu pour faire la couverture de tous les livres «romance». Ils se sont retrouvés tous les deux dans le même restaurant au même moment. Apparemment, Fabio avait un dîner de charité et ses invitées prenaient des photos.
Mais George a cru qu’elles prenaient discrètement des photos de lui. «Une des femmes m’a dit qu’un homme d’une table à côté n’arrêtait pas de m’insulter et de me faire des doigts d’honneur», raconte Fabio, dans une interview pour Ok magazine.

Pour ceux qui pensent que Clooney est has been c’est ici

Publicités