You are currently browsing the category archive for the ‘name dropping of the day’ category.

Avant de partir pour DC je dois réussir à faire une valise pour quatre mois et à ranger ma chambre. ça réjouit ma mère et ça me permet de retomber sur des bouts de cette année.

En cours de droit au premier semestre, un intervenant est venu nous parler de la télévision du droit, une chaîne dédiée au droit et aux procès quoi.

Le prof : « J’en avais parlé avec Bernard Requin d’ailleurs… »

Elève : « Bernard Volker? » [directeur adjoint de l’EDJ]

Le prof : « … et donc elle m’avait dit… »

Elève : « Bernard Requin c’est une FEMME ? »

Le prof, se décidant à tourner son regard incrédule vers nous : « MICHELE BERNARD REQUIN »

Les élèves : « … »

Le prof : « La présidente de la 10ème chambre de Paris! »

Les élèves : « ah. »

Dans ces cas là prof, mieux vaut ne pas essayer de lâcher l’air de rien un petit name-dropping… Le principe même du name dropping c’est que tout le monde sait de qui on parle pour que tout le monde soit impressionné. Ou alors pas mais c’est un autre problème.

J’en profite pour placer une citation du jour, ça faisait longtemps, c’était au deuxième semestre en droit toujours, avec Pierre Olivier Sur comme prof, qui nous parlait des grands procès, dont celui de l’Erika. POS défendait l’armateur et propriétaire du bateau.

POS : « L’avocat des oiseaux, qui est un bon ami, a eu un million d’euros »

Publicités

« Comme Pierre Milza me le disait… »

Pascal Ory, mon name-droppeur favori après Alain  Génestar.

(Et sinon, Cannes c’était chouette et ici)

 » Personnellement, je connaissais Aimé Césaire »

Pascal Ory, « prof de culture » du vendredi et occasionnel name droppeur.

« Sandrine Bonnaire, je la connais bien, c’est une de mes bonnes clientes »

Pierre-Olivier Sur en cours de Droit, après nous avoir dit [on espérait avoir Gisèle Halimi en guest star pour nous parler du procès de Bobigny sur l’avortement] « Je le savais en plus que Gisèle Halimi n’était pas à Paris en ce moment ».

Fallait le dire prof…

Ce matin en conf’ de rédac je me suis fait owned, busted, limite Punk’d par Alain Genestar. Sa fille lui a créé une alerte google news sur son nom et il est donc tombé sur ses name-droppings! Je me demandais aussi pourquoi le même jour 10 personnes étaient arrivées à mon blog en cherchant « Genestar ».

Heureusement, il a trouvé ça drôle, parce que comme le dit Ivan dans un joli message intitulé « Bonjour Alain », Alain Génestar est un homme de goût, qui a beaucoup de talent et énormément d’humour, en plus d’être très beau et de savoir faire du trapèze. Ou pas.

Dommage qu’on ne soit pas notés en conf’ de rédac. Blague.

Bonne chance pour Polka, le magazine et la gallerie!

Toujours pendant la masterclass de Jean-Pierre Elkabbach, il n’y a pas de noms il y a des fonctions.

« Moi j’ai connu tous les présidents de la Vème République. J’ai interrogé tous les ministres des Affaires Etrangères, les 11 Premiers Ministres. J’ai vu arriver et repartir tous les pouvoirs. »

Aujourd’hui en cours de radio,  par le prof:

« Vous savez moi, Gildas il me disait les journalistes ça doit être des plombiers-zingueurs. »

Génestar, toujours lui (c’est une deuxième quote of the day d’hier, c’est un bon client), après une discussion sur quel article faire sur la vente des Echos.

« Bernard Arnault, je le vois la semaine prochaine, et [blablabla] »

Alain Genestar, en conf de rédac:

« Y a le film qui va sortir la, darling, avec Marina Foïs. Je la connais un peu, c’est quelqun de très bien »