You are currently browsing the category archive for the ‘perso’ category.

Long Hop’ Maubert, rempli de types branchés sur Multifoot de Canal + me suis fait des amis en disant des trucs du genre « Oh lala à la 80ème si Sochaux ou Lens marquait le PSG passait en D2, c’était tendu »

Ensuite les mecs ont détourné le regard des écrans pour se pencher sur les quelques filles qui étaient présentes, et ils ont découvert la puissance de la fille américaine (moi j’ai connu ça l’an dernier, dans une soirée mémorable)

Donc deux minettes a priori mimi mais sans plus : jeans tennis t shirt moulant mais pas trop cheveux lachés pas vraiment maquillées. Elles se sont mis à danser et là j’ai compris qu’elle ne pouvaient pas venir d’ici, vu qu’elles se trémoussaient comme dans un lit vertical.

Les garçons aussi l’ont vu, s’en suivit toute une suite de réactions façon tex avery, jusqu’à ce que deux types réussissent à danser avec les filles. Et là, ils ont pas compris ce qu’il se passait. Les bougres essayaient de bouger en leur tenant les mains, d’esquisser quelques pas vaguement rock, fin de danser comme les garçons français draguent quoi.

Mais impossible! Les deux filles bougeaient beaucoup trop pour eux et ils ne savaient plus où mettre leurs mains. ça a duré cinq minutes avant qu’elles ne les dédaignent pour retourner « danser »/ »faire l’amour debout toutes habillées » ensemble.

Fun times. ça m’a rappelé quand mes potes français essayaient de danser avec des américaines en boîte à Washington. J’y retourne dans trois mois pour un semestre!

Brownie point: American boys, par Estelle ft. Kanye West

Une de mes occupations préférées dans la vie, c’est tomber en zappant sur une série vraiment pourrie, française, sinon ça compte pas.

Avant il suffisait de se poser devant AB1 en rentrant de soirée pour avoir un marathon les filles d’à côté / premier baiser. Vers 3h du matin ils se mettaient même à repasser en boucle les deux mêmes épisodes pendant cinq heures. Ambiance.

Là sur France 4 -qui va diffuser la deuxième saison de Dead Like Me et ne peut donc pas être une chaîne entièrement mauvaise- je viens de tomber sur « L’Ecole des Passions ». Rien que le titre est un délice.

De ce que j’ai compris, c’est Classe Mannequin version théâtre, en gros une série qui se passe dans une sorte de Cours Florent, et où par ailleurs les élèves vont dormir dans une pension le soir (?!)

Et c’est mauvais….. mais c’est mauvais! Les acteurs jouent mal des dialogues mauvais dans des situations nazes où leur interaction est pire.

Le plus drôle c’est quand même que c’est une série sur du théâtre, et donc une mise en abyme permanente. Dans l’épisode que je viens de voir, deux relous ont écrit une tragédie tellement mauvaise qu’elle en est comique, depuis les personnages caricaturaux jusqu’au titre : Tragédie.

Je me demande toujours dans ces cas là: comment est-il possible que personne n’ait dit à aucun moment STOP THIS IS TOO BAD WE HAVE GOT TO STOP!!!!!!

Est-ce que le casteur, le réalisateur ET le producteur étaient tous bourrés pendant toute la durée du tournage? Et pourquoi est-ce que des chaînes les achètent? AB1 était producteur donc ça reste plutôt logique, mais France 4 n’a pas d’obligation d’acheter ces séries pourries! Est-ce que ça veut dire que des gens regardent volontairement, autrement qu’en tombant dessus par hasard, Les filles d’à côté / Premier Baiser / Classe Mannequin / L’école des passions?

Ce soir, c’est Pessah, les paques juives.

Ma mère, au téléphone avec ma grand-mère qui a fait plein de bonnes choses à manger

Maman:  » On t’apporte du pain? »

Grand maman : » Mais…. C’est Paques! »

Fille/Petite fille: « Tu sais maman, cette fête où on ne mange pas de pain parce qu’on a du partir précipitamment dans le désert… »

capture-petit.jpg

Ce soir, à 22h, notre blog sur les municipales à Paris a dépassé les 12 000 pages vues.

12000, c’est le nombre de pages vues que fait notre prof Pierre Assouline avec son blog qui existe depuis genre la nuit des temps.

Muniparis existe depuis un mois et demi, et on vient de basculer sur Lemonde.fr il y a une quinzaine de jours.

GO US!!!

(sinon, mon dernier article est )

Hier, après avoir fouillé le web pendant des semaines à la recherche de cours de hip-hop, ou au pire d’abdos-fessiers (pas de rapport à part que c’est du sport) sur Paris et/ou Boulogne, j’ai abandonné une bonne fois pour toutes.

— D’ailleurs si certains d’entre vous ont un site magique ou juste connaissent des bons cours de hip-hop pas trop trop chers et pas genre le mercredi entre 2 et 3 heures du matin, n’hésitez pas, j’irais même jusqu’à un « lâché dé comm’s kikoulol »–

A la place, j’ai suivi les conseils de Pénélope Jolicoeur et de Kéthévane et je suis partie faire une séance d’essai de Gym Suédoise.

Après avoir passé un an avec une copine suédoise à Washington, je m’attendais à un cours bizarre ou tout le monde se met nu et danse autour d’une statue vaguement phallique. En fait non. C’est pas aussi fun mais presque. Read on boys and girls! (yes boys too: gym suédoise = plein de nanas)

Lire la suite »

Bilan de ma première semaine.

Lundi 17 décembre: interview de Dominic Purcell, Lincoln de Prison Break.

Je suis arrivée depuis dix minutes. Aucun de mes deux supposés chefs ne m’a parlé, mais Juliette, qui travaille à côté de moi, me propose de partir avec elle dans un grand hôtel parisien interviewer Dominic Purcell, qui joue Lincoln sur Prison Break et qui est à Paris pour de la promo (cause chômage technique, cause grève des scénaristes). Comme ell e a pas mal de taf, je fais des recherches, j’écris des questions et comme elles sont chouettes et que Juliette est chouette elle me laisse en poser! Dominic Purcell est beau comme un dieu, je crois presqu’avoir trouvé mon alter-ego quand je vois son t-shirt « ironie-postmoderne » starwars vintage. Mais il fallait qu’il ouvre la bouche…

Mardi 18 décembre: dégustation au Grand Véfour.

Claire et Dominique m’ont gentiment emmenée avec elles au Grand Véfour, assister à « un atelier de goût » du chef Guy Martin avec une classe de primaire à l’école Sainte Geneviève. Prof très drôle, quand le chef demande si certains enfants ont des allergies, elle répond « non non! » avant qu’un petit de neuf ans crie « Mais si mais si! Machin il est allergique aux produits laitiers! » et elle, tranquille « Ah oui tiens… j’avais oublié… ».

Partie pour prendre des notes, je me retrouve en plus à déguster avec les petits! Dome de carotte au gingembre, croustillant de dorade au sumac et citron au sel, tarte chocolat encens… Mmmmmmmmmmmm.

En plus en rentrant j’écris un « faux » factuel sur la sortie, pour m’entraîner à écrire des dépêches. Sauf que voilà, Matin + a vu une des photos prises par le photographe AFP et veut l’utiliser dans l’édition du mercredi. Ils ont besoin d’un factuel. Et Claire crie à Dominique 2 (ma chef), « mais Cécile elle en a fait un de factuel! ». Me voilà projetée agencière, je fais deux cent mots envoyés illico. Dominique 2 me sourit et me lance « Bon tu me fais 500 mots pour cette après-midi! »

On peut trouver ma dépêche ici ou ici avec la photo et sans doute ailleurs!

Mercredi 19 décembre: projection presse de Dante 01.

J’écris « l’entretien » de Dominic Purcell avec Juliette, puis je commence à m’embêter. Rébecca crie partout dans le service pour trouver quelqun qui pourrait aller à une projection presse d’un film. Je n’ose pas demander, mais Dominique 2 finit par lui lancer « Envoie cécile elle se débrouillera très bien ». Me voilà partie pour voir Dante 01, le premier long-métrage tout seul et sans les mains de Marc Caro, le comparse de Jean-Pierre Jeunet pour Delicatessen et La Cité des Enfants Disparus. Avis mitigé. Très difficile d’en faire une critique « afp »: raconter l’histoire mais pas la fin, critiquer mais dans un langage assez soutenu. Je galère.

Jeudi 20 décembre: visite au ministère de la Culture.

A force de harcèlement, Jean-Pierre accepte de m’emmener avec lui au ministère de la Culture voir la signature d’un accord entre France Télévisions et les syndicats de producteurs de fiction française (l’ARP, le BLIC et le BLOC, meilleurs acronymes du monde). Au programme, Patrick de Carolis qui est très grand très beau et très poivre et sel (mais qui ne sera jamais aussi beau que toi, france interien de l’Elysée), les mecs des syndicats qui font tous des petits discours bien ficelés sans notes, et Christine Albanel, qui a deux pages de notes et qui ne parvient qu’à les lire….
Retour à la Bourse, fausse dépêche que Jean-Pierre reprend en m’expliquant que même si c’est l’AFP il faut quand même « apater le chaland ». Mais bon, j’ai toutes les quotes qu’il fallait avoir, et d’ailleurs pour la peine il me pique mon dernier paragraphe pour le mettre dans son 500 mots.

Vendredi 21 décembre: sex toy en open space

Journée plutôt calme, entrecoupée des appels aux cadeaux: TF1 & co envoient à tous les journalistes du pôle média des macarons, des chocolats, c’est à la limite de l’indigestion! En fin d’aprèm, une des journalistes vient nous faire admirer un magnifique père noël en chocolat, qu’elle vient de recevoir de chez Artcurial, la maison d’enchères. Sauf que voilà, son père noël il tient un sapin un peu suggestif… tout le monde devient tout rouge jusqu’à ce qu’on regarde la boîte: là, en rose, c’est écrit, le père noël tient un « butt plug » en chocolat… très très classe comme cadeau!

Quand j’étais en stage d’observation chez Gamma, j’ai pu assister à une réunion le mardi 27 novembre, entre le directeur de la rédaction et trois photographes qui étaient partis la veille à Villiers-Le-Bel.

Les photographes avaient joué les malins pour ne pas se faire piquer leur matos: l’un d’entre eux était en twingo pourrie, et a bien gentiment donné son portable quand on le lui a demandé. L’autre était un moto avec un portable pourri et une puce bloquée  plus un portefeuille avec 10 euros et des fausses cartes de crédits.

Le directeur de la rédac avait vu et apprécié leurs photos, mais il voulait maintenant penser aux bouclages d’hebdos du jeudi-vendredi et avoir « une plus-value visuelle », essayer de construire quelque chose, une histoire.

L’un des photographes allait partir « embedded » avec les flics, un autre voulait partir de jour voir les dégats et refaire les reportages des émeutes de 2005, où ils allaient chercher les gens dans leurs décombres pour en faire des photo reportages.

La discussion est très vite partie sur l’ambiance à Villiers-Le-Bel et les différences entre 2007 et 2005:

-« Faites attention, n’oubliez pas que le sport national c’est de se choper un journaliste ». Un des photographes s’est fait crié dessus à coup de « Enculé de journaliste! Enfoiré t’es de TF1!!! »

– un des photographes a vu un gamin avec fusil à pompe tout neuf « surement piqué dans un commissariat »

– l’émeute du lundi soir avait l’air beaucoup plus organisée qu’en 2005. D’après les photographes, les jeunes attaquaient par petits groupes, en se servant beaucoup des téléphones portables pour se dispatcher.

-Face à ça, ils avaient l’impression que la police était beaucoup plus désorganisée qu’en 2005, pour eux les flics étaient beaucoup plus inexpérimentés qu’en 2005: « dans le fourgon, le chef leur crie « tu sors tu sors! » et ils veulent pas! ils ont la trouille! ». Mais au moins cette fois-ci ils n’étaient pas habillés en Robocop, ce qui avait bloqué leur liberté de mouvement en 2005. 

– la grande question c’était « Mais où sont les parents??? »: beaucoup moins de familles dehors qui interpellaient les jeunes pour leur dire d’arrêter leurs conneries et de rentrer chez eux.

– ils avaient l’impression que les jeunes étaient plus jeunes qu’en 2005, beaucoup avaient 14-15 ans, pour les photographes c’était des qui avaient 12 ans en 2005 et ont vus leurs grands-frères faire la baston.

La conclusion de tout ça, c’était qu’il y aurait un photographe embedded, un en caisse pour prendre en photos les bastons/feus/fusils à pompe/gamins encagoulés, et un pour essayer d’aller voir les parents, de toquer dans les cités.

Aucun n’avait prévu qu’il ne se passerait rien le mardi soir, ni les jours d’après….

Il y a trois semaines, en stage d’observation chez Gamma (« Dites bonjour! C’est Cécile, elle fait un stage de 3ème mais elle est à Sciences-Po! »), ils ont eu la gentillesse de m’envoyer suivre des photographes.

Mercredi 28 novembre, j’étais donc dans la cour de l’Elysée, derrière le cordon de sécurité qui parque les photographes (beaucoup plus de place qu’à l’avant première de Bee movie d’ailleurs)

Extraits:

Un groupe de quatre photographes assez jeunes s’ennuient (pas d’action entre 8h et 9h30 à l’Elysée), ça donne:

– Alors il sort avec Ferrari?

– Mais pas du tout il sort avec Dati! Nan attends je t’explique, vous avez vu cette image de Dati je sais plus où, ils étaient tous en costumes noirs et BAM Dati en rouge: Elle porte une petite robe rouge, c’est un signe, elle sort avec le président! En plus, elle a un prénom en « a »…

Deux mètres plus loin, les blagues fusent:

– Ma grand-mère a raté une marche!

– J’ai raté ma mayo!

– Pas de problème! J’appelle tout de suite le président!

Dans un coin, ça discute sec de l’annonce de Sarkozy « Ces jeunes [ceux qui ont tiré sur des policiers après les évènements de Villiers-Le-Bel) iront aux Assises! »

– Oui bon c’est un effet d’annonce, mais en même temps c’est l’évidence qu’ils vont aller aux Assises

– Seulement si c’est une tentative de meurtre

– Tirer sur quelqun avec un fusil à pompe c’est un peu une tentative de meurtre non?

Pendant ce temps-là, ceux qui ont suivi Sarkozy en Chine racontent leurs problèmes

– Le truc avec les Chinois, c’est que pour eux le contact c’est à 10 mètres, ils comprennent pas qu’on veuille être plus près. Du coup à la sortie du premier discours c’était chaud y a eu de la bousculade, y a même eu une fille de BFM qui s’est pris un taquet!

Et là, enfin, Sarkozy et les ministres arrivent. Le président en premier, mais pas avant que son équipe de sécurité s’approche de nous et lâche « Pas d’images! Pour Sarkozy pas d’images! ». Les photographes et les cameramen regardent passer Sarkozy d’un air de quoi le fuck. Sarko fait coucou, réalise qu’il y a un truc étrange, ressort des portes de l’Elysée en levant la tête genre qu’est-ce qui se passe vous prenez pas ma photo? et les journalistes de montrer leur appareil puis l’équipe de sécurité. Sarko ne comprend rien mais il est pressé, il refait coucou et s’en va.

Cinq minutes plus tard c’est la révolution, jusqu’à ce qu’on apprenne l’erreur de communication: on avait dit « pas de direct, pas de plateau » et non pas « pas d’images ». L’équipe de com’ est pas contente fachée tout rouge contre la sécurité…

Fillon, Boutin, montent les marches après un petit salut, et là arrive Amara qui fonce droit devant. Les journalistes: « Bonjour! Bonjour! …. Aaah… Pas bonjour. »

Dati enchaîne (pas en petite robe rouge = sort pas avec le président!) « Bonjour! Boooonjour! … Au rvoir… »

Et là débarque MAM, comme une reine, à pied. Elle s’est faite lacher par son chauffeur devant la cour histoire de montrer qu’elle est vachement open aux médias, pas comme ses collègues. Les journalistes la hèlent « Un petit mot madame Alliot-Marie! » et elle de répondre « Je vous en ai dit plein des mots, hier soir, cette nuit, ce matin! ».

Plus tard ressortiront les familles des deux jeunes morts à Villiers-Le-Bel. L’air paumé, ils s’arrêteront quand même pour les journalistes, mais leur avocat parlera pour eux.

10h30: frigorifiée, je ne sens plus mes doigts de pied. Le photographe de Gamma me dit de filer avec ses cartes mémoires, lui attendra le conseil des ministres. Je repars récupérer ma carte d’identité à l’entrée, dommage, j’aurais bien gardé le badge « visiteur ». J’aurais surtout aimé rentrer dans l’Elysée, mais ça c’est juste pas possible. Les journalistes eux même ne peuvent pas tous rentrer ils sont obligés de s’organiser en pool. Pour oublier le froid les journalistes papotent, sautent sur place, s’échangent des conseils techniques, tapent la discute aux gens de la com’ et à David Martinon, et me draguent (Je t’ai vu vieux beau de France Inter avec tes cheveux poivre et sel et tes yeux bleus!).

Pas beaucoup de posts cette semaine désolée malade + taf + stress + la vie + les gens = pas de blog

Pour me faire pardonner j’ai décidé d’avouer mon pêché mignon du moment, i.e la Star Ac. Ouais ouais je sais c’est pas très glorieux j’ai du mal à assumer, mais au moins c’est pas top model ! (hein ket? :p) Bref j’ai un malin plaisir à regarder la starac, juste le prime faut pas déconner non plus, particulièrement pour deux candidats : Quentin et Maureen

Quentin c’est le dj qui se maquille genre emo, dès fois il chante bien dès fois non mais quand il chante bien c’est vraiment très bien.

Maureen je suis amoureuse d’elle. Surtout quand elle fait ça :

Ou même ça:

Ca sera tout. Mais dans les prochains épisodes: début suite et fin chez gamma, quoi le fuck les people, la vie les américains leurs élections chuck norris les stages noël gossip girl chuck veronica mars et le chocolat.

Je suis en manque de name-dropping de l’aiiiiiiiide les gens des tips!

Façon quoi le fuck?!?

L’immeuble juste à côté de chez moi, entre le restau japonais et la boutique yamaha en dessous de mon appart, est en train de cramer. Rien à voir avec Villiers-le-bel mais un incendie tout ce qu’il y a de plus classique.

C’est complètement fou les coïncidences: ça fait un mois que je dois apporter des photos à mon oncle et ma tante qui habitent de l’autre côté du parc Léon Blum, en face de chez moi. Ce soir j’ai failli encore une fois ne pas y aller et remettre ça à jeudi. Ensuite les premières fois où j’ai appelé ça sonnait occupé, du coup j’ai retardé mon départ de vingt minutes et j’ai mangé à la place. J’ai bougé à 19h50, et en rentrant à 20h20 un appartement du premier étage de l’immeuble était en feu. A 20 minutes près, où si je n’étais pas allée chez ma tante ce soir, j’aurais été dans mon appartement tranquilou. Et connaissant mon non-odorat… j’aurais sûrement été délogée par la police.

Les pompiers et les flics étaient sur place, mais ils ont mis vachement de temps avant de pouvoir commencer à arroser. D’après des voisins, le feu a démarré par « une toute petite flamme, au fond de l’appartement », et les gens ont mis du temps avant d’appeler du secours. Gros mystère sur l’évacuation: je ne sais toujours pas si l’immeuble en feu ou le mien ont été complètement évacués, il y avait au moins trois camions du SAMU/ SMUR sur place.

Autour de moi les gens prenaient des photos avec leurs portables ou leurs appareils numériques, ils téléphonaient. Certains avaient l’air complètement paniqué, d’autres semblaient franchement s’amuser. Toute la Route de la Reine était descendue sur le trottoir et les policiers se sont mis à refouler tout le monde assez loin.

Moi je savais pas quoi faire. J’ai pris des photos avec mon portable, j’ai regretté de ne pas avoir mon appareil numérique sur moi, je m’en suis voulu de regretter ça, j’ai appelé Luisa, j’ai appelé mes parents, j’ai appelé Cyril, les flics m’ont crié dessus, une femme du SAMU m’a dit de prendre mes dispositions pour dormir ailleurs au cas où, mes parents sont venus me chercher.

Depuis j’ai dix mille questions:

– Est-ce que j’aurais du rester, alors même qu’on nous éloignait de la scène et que donc je ne voyais plus grand chose?

– Est-ce que j’aurais du interviewer des voisins, savoir s’ils avaient des objets précieux à l’intérieur, si des voisins étaient resté coincés?

– Est-ce qu’on en entendra parler quelque part d’autre que sur ce blog s’il n’y a ni morts ni blessés?

– Est-ce que mon appartement est en train de brûler?

Je fais la liste de tout ce qui me passe par la tête: mon passeport, ma carte d’identité (impossible d’aller à l’Elysée sans ça, et je dois y aller demain matin avec Gamma!), mon ordinateur portable, mon appareil photo, mes souvenirs des Etats-Unis, mes papiers administratifs, les exemplaires des Nouvel Obs où j’ai écrit, les photos et les ptits mots des amis, et je bloque bloque bloque sur le reste de ce qu’il y a dans mon nouveau chez moi.

Edit:  23h29

On est passé voir où ça en était à Boulogne. Le feu a heureusement été éteint mais ça pue la fumée partout même moi je le sens ça pique les yeux. Les pompiers nous ont interdit d’ouvrir les fenêtres jusqu’à demain, et les appartements mitoyens à l’immeuble incendié sont examinés avec des trucs thermiques. Du coup je passe la nuit chez mes parents, ça pue trop et c’est glauque.